psychologue quimper :

Comment la cellule familiale du chef d’entreprise gère-t-elle les situations difficiles de l'entreprise ?

Préparation des groupes de travail

La description très juste et finement détaillée des différents rôles (Président Directeur Général, chef du personnel, chef de production, chef des ventes, de la clientèle, chef administratif, avec les responsabilités de chaque poste) et des conditions de vie de l'entrepreneur et de sa femme, introduite par votre Présidente, est un exemple d'expertise qui permet de comprendre, reconnaître et faire reconnaître le professionnalisme et l'engagement qui sont à l'oeuvre dans vos entreprises artisanales et familiales.


Cela permet de mesurer la complexité et les responsabilités que les chefs d'entreprise et leur famille doivent assumer sans relâche.


De plus, la diversité des situations difficiles évoquées par vos collègues montre à quel point chacun et chacune peut être touché personnellement. Vos environnements de travail sont si vastes, si différents et si changeants (parfois même si imprévisibles) qu’ils favorisent le stress et éventuellement les crises sans qu'il soit humainement possible d'y échapper. « Comme tout être humain, [le chef d'entreprise] peut avoir des défaillances ». Vos environnements différents font aussi qu'aucune situation ne ressemble à l'identique à une autre. Chaque situation est particulière.


Ce qui semble être un dénominateur commun, c'est que bien souvent, faute de pouvoir en parler, vous avez pris l’habitude d'endurer ces situations difficiles de façon isolée.


Partant de ces constats que certaines situations professionnelles avaient des répercutions psychologiques (parfois fortes) sur l'entrepreneur, sa femme et sa famille, votre Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) par l'intermédiaire de sa Commission Départementale des Conjoint(e)s d'Artisans (CDFA) souhaite recueillir, anticiper, prévenir et accompagner ces éventuels risques psychologiques.


Au passage, je remercie vivement votre bureau pour son initiative innovante à promouvoir cette dimension de santé globale. C'est dans ce cadre de prévention des risques psychosociaux que ce situe mon intervention d'aujourd’hui en tant que psychologue.


Pour réaliser cette étude des situations difficiles dans le but de leur prévention, votre participation semble bien venue et nécessaire.

Trois arguments à cette invitation à vous faire participer :


1) Votre expertise

A l'image de ce qu'ont élaboré les membres de votre bureau, chaque membre de la CDFA est un expert de ses situations professionnelles. Il est vraisemblable que vous rencontrez ou avez rencontré des situations plus ou moins difficiles. Il est tout aussi vraisemblable que vos expériences soient riches d'enseignement pour les autres membres, et favorisent à ce titre les démarches préventives.


2) Sortir de l'isolement et se faire reconnaître

La prévention passe aussi par le fait de sortir d'un certain isolement. Les membres de votre bureau prouvent que les difficultés sont partageables. La dévalorisation de soi, la honte, la culpabilité engendrées par certaines situations, sont des sentiments naturels qui conduisent malheureusement souvent à l'isolement. Il est tout aussi naturel de vouloir parler de soi et de souhaiter faire reconnaître ses souffrances face à des situations difficiles voire injustes.


3) Etre acteur

Enfin, la participation active au sein de groupes de parole améliore la compréhension, l'implication et la vigilance dans la sensibilisation aux répercussions psychologiques des difficultés liées au travail. Elle permet la mise au jour et la réappropriation de compétences. Elle favorise en outre la constitution de réseaux d'entraide et les synergies entre participants.


C'est entre autres pour ces trois raisons que nous allons tout à l'heure nous répartir en petits groupes de parole dans l'objectif de permettre à chacun de faire partager ses expériences au plus grand nombre. Cela permettra aussi de tordre le cou à cette dictature moderne qui fait croire qu'il n’y a pas de salut en dehors d'un individualisme forcené et d'un culte à l'omnipotence. Votre CAPEB, votre CDFA sont des lieux d'accueil, d'échanges, et de fédération de moyens qui permettent collectivement d'accompagner les oeuvres individuelles et collectives.



Avant cela, je vous propose succinctement une petite grille de diagnostic et d'analyse pour préparer et aider la parole dans les groupes.


Mon point de vue de psychologue est d'encourager et de permettre à chacun de diagnostiquer sa ou ses situations difficiles, de s'autoriser à en parler, et d'oeuvrer à trouver des solutions dans ses propres ressources (qui peut-être n'étaient jusqu'alors pas utilisées ou entrevues), dans ses réseaux sociaux et institutionnels, dans l'invention et la création de partenariats. Le simple fait de retrouver l'usage de la parole est une respiration en soi et ouvre bien des impasses.


Il va s'agir de se regrouper autour d'une animatrice et d'une secrétaire à neuf ou dix participants pour lister et raconter le plus naturellement (c'est-à-dire comme vous avez l'habitude de vous exprimer) les éventuelles situations professionnelles ou familiales qui ont retenti difficilement sur votre entreprise, votre entrepreneur, vous-même ou vos enfants.


Vos situations pourront être voisines des situations élaborées en présentation par votre bureau, mais aussi tout à fait différentes.



Les situations difficiles peuvent être repérées en amont par ce qui les créer, et en aval par les conséquences qu’elles occasionnent.

Pour ces deux axes de repérage on retrouve des pôles qui peuvent à la fois être l'origine des difficultés et / ou le lieu d'expression de la souffrance. Chacun de ces pôles interagissent les uns avec les autres.


Ainsi on peut structurer à titre indicatif,


  1. Le pôle strictement professionnel :
    1. Les relations professionnelles avec l’extérieur (dépendance à d’autres organisations professionnelles, ou administratives, clientèles).
    2. Les relations et organisations internes (le binôme artisan / conjoint collaborateur, les délais, la prise de décision, la gestion des stocks et des matériels)
    3. Les événements ordinaires liés à la vie de l’entreprise, exceptionnels (formations, impayé, accroissement d’activité, successions) et traumatiques (accidents du travail, mort, suicide).
  2. Le pôle familial lui-même
    1. Les interactions des projets familiaux sur l’entreprise (vacances, acquisition, idéaux éducatifs).
    2. Les événements familiaux (naissance, éducation, mariage (contrat), patrimoine, divorce, décès, succession)
    3. La répartition des rôles entre les conjoints (explicites presque contractualisés, implicites et tacites).

Ces deux grands pôles s'inscrivent et font des interactions avec le pôle encore plus global qui est le monde dans lequel nous vivons, avec toutes les dynamiques économiques, juridiques, politiques, culturelles, etc. et les règles de globalisation, de concurrence, de normalisation dont les effets se font sentir chaque jour sur le travail et sur les individus.


Grossièrement, il est vraisemblable que quand des difficultés apparaissent au sein de l'entreprise elles ont des répercussions sur la famille ; et réciproquement, quand la famille se fragilise peuvent apparaître des difficultés dans l'entreprise.


Le mécanisme est le même par rapport aux interactions plus vaste avec le monde en général.

Le même encore dans les interactions entre les éléments d’un même pôle (parent, couple, enfant, entrepreneur, femme... ).


A noter aussi que des effets qui seuls n'auraient pas eu de conséquence, quand ils sont accumulés (soit parce qu'ils arrivent en même temps, soit de façon répétée) engendrent des difficultés.



Du coup, on peut situer des conséquences sur l'entreprise et / ou sur les membres de la famille.


Pour l’entreprise, il va s’agir des retentissements éventuels sur :

  • Le personnel
  • Les partenaires
  • La production
  • Les ventes
  • La clientèle
  • Les obligations administratives

Pour chaque membre de la famille, d’éventuels risques :

  • De stress,
  • D'agressivité,
  • De conflits,
  • De surinvestissement,
  • De surmenage,
  • D'angoisse,
  • De désespoir,
  • Isolement,
  • De désinvestissement,
  • De culpabilité,
  • De honte,

Pouvant conduire malheureusement à d'éventuelles « solutions pathologiques » :

  • Abandon,
  • Harcèlement,
  • Séparation / divorce
  • Epuisement psychique,
  • Hyper activisme,
  • Insomnie
  • Accident,
  • Suicide,
  • Alcoolisation et conduites toxicomanes,
  • Psychiatrisation.

C’est pour prévenir ou accompagner ces risques plus ou moins graves, qu'à votre tour et à votre convenance, vous allez pouvoir aborder en groupes de parole les situations qui vous posent ou vous ont posé problème.

Vous allez pouvoir découvrir et partager la richesse de vos réflexions et de vos points de vue avec les autres membres.

Le recueil qui sera fait par les secrétaires, favorisera un compte rendu pour une mise en commun finale, avec si besoin des compléments d'information sur le plan psychologique et psychosocial que j'essaierai de vous apporter.

Bibliographie