psychologue quimper : menu de navigation | accessibilité | >COURS>Interprétation du WISCR

En général, à l'issu d'une étude sérieuse, on finit par abandonner la pratique des tests de performance davantage propice à exclure la subjectivité qu'à la favoriser.

En effet, les relations humaines sont plastiques et pleines de ressources pourvu qu'on ne les cantonne pas dans des items et critères pré-formatés !


Interprétation de l'échelle d'intelligence de Wechsler WISC-R

Mise en garde

Les tests psychologiques sont dangereux à la fois pour le "testeur" et le "testé".


Ce sont des outils statistiques très réducteurs, marginalisants, et qui ne servent que peu voire pas du tout la cause des personnes testées.


Les tests psychologiques ne peuvent et ne doivent normalement être proposés que par des psychologues (licence, maîtrise et DESS de psychologie) !

Parce qu'utiliser un test psychologique quand on ne possède pas la formation, fondamentale de haut niveau en psychologie, revient à utiliser le scalpel du chirurgien sans asepsie ni connaissances anatomiques.


Ils doivent toujours s'effectuer après de suffisants et nécessaires entretiens préliminaires !

Parfois ils sont contre indiqués du fait de la personnalité, ou du contexte dans lequel se trouve la personne à tester.


En général, à l'issu d'une étude sérieuse, on finit par abandonner ce genre de pratique davantage propice à exclure la subjectivité qu'à la favoriser.

En effet, les relations humaines sont plastiques et pleines de ressources pourvu qu'on ne les cantonne pas dans des items et critères pré-formatés !


La suite s'adresse donc exclusivement aux étudiants en psychologie désireux d'éclairer leurs connaissances des tests de performances par la structure historique (1993) d'un test aujoud'hui obsolète...

accueil menu haut de page

Etude des facteurs impliqués dans les épreuves du WISC-R

Echelle verbale

Information subtest n° 1

C'est l'acquisition des connaissances; tributaire de ce qui a été mis à la disposition du sujet :milieu socio-culturel et familial, niveau scolaire.


Ce test met en jeu les repères qui organisent notre intelligence du monde :


  • générations et filiations
  • organisation spatiale
  • organisation temporelle
  • le corps
  • le nombre

Il renvoie à la curiosité intellectuelle et à l'attention du monde socio-culturel.

Il indique aussi l'investissement de la scolarité, l'adaptation scolaire et sociale, l'expression verbale.


L'échec à ce subtest peut indiquer un echec scolaire, une condition difficile (émigré, enfant de militaire... ) ou un handicap au niveau de la structuration mentale.

Similitudes subtest n° 3

Porte sur les références catégorielles, la capacité du sujet à conceptualiser.

Permet d'apprécier si le sujet se concentre sur l'essentiel ou sur le détail.

Permet de voir la capacité à classer les objets dans des catégories.


Ce test est indépendant du milieu familial et de la scolarisation.


Facteurs mis en jeu :


  • abstraction
  • conceptualisation
  • références / référenciation catégorielle(s)
  • raisonnement logique
  • capacité de synthèse

Si échec : possible déficience du raisonnement logique. A vérifier par la passation de l'Epreuve de Développement de la Pensée Logique (EDPL ou EPL de LONGEOT).

Si réussite : le sujet n'est pas débile.

Arithmétique subtest n° 5

Test étroitement lié aux performances scolaires.

Test anxiogène (rapidité, vitesse), sensible à l'émotivité.


Facteurs impliqués :


  • représentation mentale et symbolique
  • investissement de la scolarité
  • raisonnement logico-mathématique, mécanismes opératoires
  • émotivité

Si échec : possible problème de déficience intellectuelle, inhibitionphobique à l'égard des chiffres, désinvestissement scolaire.

Vocabulaire subtest n° 7

Test sensible au milieu culturel et scolaire.

Il permet d'éprouver au mieux si l'enfant a des difficultés de langage.


Facteurs impliqués :


  • investissement de la scolarité
  • adaptation scolaire
  • compréhension du langage
  • verbalisation et mémoire

Si échec : possible problème d'investissement scolaire, de faiblesse culturelle, de perturbation des premiers dialogues avec la mère, ou problèmes auditifs et confusion de son (ex : caniche/canif).

Compréhension subtest n° 9

Compréhension de situations sociales, de la vie quotidienne.

Fait appel au jugement et au bon sens.

Sensible aux facteurs non-intellectifs (test surmoïque : intériorisation des interdits), et peu sensible aux facteurs socio-culturels.


Porte sur :


  • adaptation sociale
  • intégration des valeurs du groupe
  • sociabilité
  • expression verbale
  • compréhension du langage

Si échec : troubles de l'adaptation sociale; fait apparaître des tendances asociales.

Mémoire immédiate des chiffres test complémentaire

Très sensible à la fatigue, à l'instabilité, à l'affectivité et à l'émotivité.


Facteurs impliqués :


  • représentation mentale
  • mémoire
  • concentration et attention.

Si échec : difficulté d'attention, possibilité de troubles obsessionnels.

accueil menu haut de page

Echelle de performance

Complément d'images subtest n° 2 :

Test qui renseigne sur la capacité de se représenter l'objet dans sa totalité.


Problématique du manque et de l'avoir : Attention !, des mécanismes de défense se mettent en place chez certains sujets obsessionnels.


Facteurs en jeu :


  • adaptation et attachement à la réalité.
  • perception fine et attention au détail
  • schéma corporel et image du corps.

Echec si mauvaise perception ou désinvestissement de la réalité.

Arrangement d'images subtest n° 4

Test d'anticipation, capacité de prévoir et de concevoir un plan.

Capacité du sujet à se situer dans le temps et dans l'espace.

Test témoignant de l'adaptation aux autres.


Facteurs impliqués :


  • organisation et références temporelles
  • adaptation sociale et à la réalité
  • capacité d'analyse, raisonnement logique
  • adaptation spatiale
  • habilité digitale

Cubes subtest n° 6

Epreuve de coordination visio-motrice, sensible à l'organisation spatio-temporelle.


Facteurs impliqués :


  • organisation spatio-temporelle
  • conceptualisation / abstraction
  • capacité d'analyse et de synthèse
  • anticipation

Quand échec : voir ce qu'il en est de la latéralisation du sujet.

Assemblage d'objets subtest n° 8 :

Ce test implique l'image du corps et le schéma corporel, la latéralisation et l'organisation de l'espace.


Facteurs impliqués :


  • image du corps, schéma corporel
  • adaptation à la réalité
  • expression motrice
  • structuration spatiale

Si échec : trouble du schéma corporel (vérifier par le test du Bonhomme)


Si problèmes aux Cubes, Similitudes, Arrangements d'Images, et Assemblage d'Objets : le sujet a de grosses difficultés d'organisationspatio-temporelle.

Code subtest n° 10 :

Test d'apprentissage, sensible à l'émotivité, l'instabilité et aux troubles graphomoteurs.


Facteurs impliqués :


  • capacité d'apprentissage
  • investissement de la scolarité
  • désir de réussir
  • expression grapho-motrice

Quand échec au Code et au Cube : traduit un net problème d'écriture.

Labyrinthes test complémentaire

Très sensible à l'anxiété et à la fatigue.


Facteurs impliqués :


  • organisation grapho-motrice, grapho-perceptive
  • capacité à prévoir et à concevoir un plan
  • contrôle de l'impulsivité

accueil menu haut de page

Ce que l'on mesure au wisc-r

Les capacités intellectuelles

dans :

  • similitudes
  • arithmétique
  • cubes
  • vocabulaire

Les capacités de représentation mentale

dans :

  • arithmétique
  • cubes
  • assemblage d'objets
  • mémoire des chiffres

L'adaptation sociale

dans :

  • arrangement d'images
  • compréhension

L'adaptation à la réalité

dans :

  • complément d'images
  • arrangement d'images

L'image du corps et le schéma corporel

dans :

  • complément d'images
  • cubes
  • assemblage d'objets

L'investissement de la réalité et l'investissement de la scolarité

dans :

  • information
  • arithmétique
  • vocabulaire
  • code

Les subtests donnant un résultat indépendant du milieu socio-culturel

  • complément d'images
  • assemblage d'objets
  • similitudes
  • compréhension
  • arrangement d'images
  • mémoire immédiate des chiffres
  • cubes
  • labyrinthes

Les subtests donnant un résultat dépendant du milieu familial et scolaire

  • information
  • vocabulaire
  • arithmétique
  • code

accueil menu haut de page

Interpretation des resultats au wisc-r par l'etude des scatters

Les scatters

Ce sont des représentations (tableaux) que l'on fait à partir de la moyenne des notes standards du sujet.

Ils permettent d'apprécier la dispersion des résultats, obtenus par le sujet à chaque subtest, par rapport à sa moyenne.

Les procédés classiques (WECHSLER et BOURGES)

Le scatter classique simple

On n'utilise ce scatter que si la différence entre QIVerbal et QIPerformance est strictement inférieure à 15.


1)
On calcule la moyenne des notes standards du sujet.


moyenne = somme des 10 notes standards / 10


exemple :

Information : 8Complément d'images : 7
Compréhension : 6Arrangement d'images : 7
Arithmétique : 1Cubes : 2
Similitudes : 9Assemblage d'objets : 10
Vocabulaire : 6Code : 12

moyenne = (8+6+1+9+6+7+7+2+10+12) / 10 = 6,8


2)
Puis on fait référence à l'écart type des notes standards (écart type = 3).


écart type = racine carrée[ ( (8-6,8)2 + (6-6,8)2 + (1-6,8)2 + (9-6,8)2 + (6-6,8)2 + (7-6,8)2 + (7-6,8)2 + (2-6,8)2 + (10-6,8)2 + (12-6,8)2 ) / 10 ] = 3,187


Lesbornes seront donc tous les 1,5 points par rapport à la moyenne; ces bornespermettront de savoir si le sujet a nettement échoué (---), échoué (--),légèrement échoué(-), légèrement réussi (+), réussi (++), nettement réussi(+++) à un subtest au regard de samoyenne globale.

Ainsi le scatter classique simple de l'exemple devient :


0,8       2,32,3       3,83,8       5,35,3 moyenne 8,3
6,8
8,3       9,89,8       11,311,3       12,8
- - -- --notes non significatives
dans la moyenne
++ ++ + +
Arithmétiq. 1  Information 8
Compréhension 6
Vocabulaire 6
Compl. d'images 7
Arrang. d'images 7
Similitudes 9Ass. d'ob 10Code 12

Le scatter classique combiné

On utilise ce scatter quand la différence entre QIVerbal et QIPerformanceest supérieure ou égale à 15.


1)
On calcule la moyenne des notes standards verbales du sujet.


moyenne verbale = somme des 5 notes standards verbales / 5


2)
On calcule la moyenne des notes standards de performance du sujet.


moyenne de performance = somme des 5 notes standards de performance / 5


3)
Puis on fait référence à l'écart type des notes standards (écart type = 3),pour l'échelle verbale et pour l'échelle de performance. Les bornes seront donctous les 1,5 points par rapport à la moyenne de chaque échelle; ces bornespermettront de savoir si le sujet a nettement échoué (---), échoué (--),légèrement échoué(-), légèrement réussi (+), réussi (++), nettement réussi(+++) à un subtest au regard de samoyenne spécifique (verbale ou performance).


Ainsi le scatter classique combinédevient :


Pour l'échelle verbale (la moyenneverbale sera notée mV)

mV-6    mV-4,5mV-4,5    mV-3mV-3    mV-1,5mV-1,5    mV+1,5
mV
mV+1,5    mV+3mV+3    mV+4,5mV+4,5    mV+6
- - -- --notes non significatives
dans la mV
++ ++ + +

Pour l'échelle de performance (la moyenne de performance sera notée mP)

mP-6    mP-4,5mP-4,5    mP-3mP-3    mP-1,5mP-1,5    mP+1,5
mP
mP+1,5    mP+3mP+3    mP+4,5mP+4,5    mP+6
- - -- --notes non significatives
dans la mP
++ ++ + +


Les procédés de DAGUE

C'est le scatter intra-individuel. On se réfère à la distance réelle des écarts typesintra-individuels du groupe d'étalonnage. Ici on ne fait donc plus référence àl'écart type standard de WECHSLER, il n'y a plus de borne -1,5 ou +1,5; mais onse reporte aux tableaux de distribution des scatters de DAGUE.

Le scatter de DAGUE simple

On n'utilise ce scatter que si ladifférence entre QIVerbal et QIPerformance est strictement inférieure ou égaleà 12.

Il existe trois tableaux de distribution des scatters intra-individuels, un pourles QI (totaux) supérieurs ou égaux à 116, un pour les QI (totaux) se situantentre 85 et 115, et un pour les QI (totaux) inférieurs ou égaux à 84.

Le scatter de DAGUE combiné

On utilise ce scatter quand la différenceentre QIVerbal et QIPerformance est strictement supérieure à 12.

Pour l'échelle verbale on se réfère au tableau de distribution des scatters combinéspour Epreuves Verbales.

Pour l'échelle de performance on se réfère au tableau de distribution des scatterscombinés pour Epreuves de Performance.

Les procédés de GREGOIRE

(voir manuel de référence du WISC-R ou de GREGOIRE)

accueil menu haut de page

Classification des quotients intellectuels selon Wechsler

QI standardsclassificationpourcentage dans la population
130 et plustrès supérieur2,2%
120 à 129supérieur6,7%
110 à 119normal fort16,1%
90 à 109moyen50%
80 à 89normal faible16,1%
70 à 79limite6,7%
69 et moinsdébile2,2%

accueil menu haut de page


Agrandir le plan

accueil menu haut de page

Antoine Clénet Psychologue à QuimperN° ADELI 29 93 0002 0 Psychologue

flashcode QR[...]
 Cliquez pour partager cette page sur twitter. Cliquez pour partager cette page sur facebook. Cliquez pour partager cette page sur Google+. Cliquez pour imprimer cette page.

Recherche de mots clés dans ce site :

Vos questions et demandes :